Le sol/ Les techniques

Anticiper pour obtenir un sol meuble

Chère lectrice, cher lecteur,

Les changement de saison sont les meilleurs alliés de votre jardin naturellement abondant sans rien faire au printemps suivant…

…à conditions de bien faire les choses suivantes, surtout durant l’automne / hiver !

Que vous ayez déjà un jardin cultivé, ou au contraire, que vous ayez une pelouse / friche que vous comptez jardiner au printemps prochain : c’est surtout à l’automne que l’anticipation paie !

Astuce 2 en 1 n°1 : faire des « mauvaises herbes » un lointain souvenir ET un fertilisant du sol

Le Temps est le meilleur outil du permaculteur avisé.
Et les « mauvaises herbes », elles, sont une précieuse couverture du sol gratuite et déjà existante sans rien faire.

Voici comment cumuler les 2 pour obtenir le jardin de vos rêves dans 6 mois :

  • Il suffit de priver les « mauvaises herbes » de soleil durant plusieurs mois pour les faire disparaître sans huile de coude.
  • Alors, ces jours-ci, mettez des cartons (de préférence sans encre ni scotch et agrafe) partout où vous souhaitez cultiver l’an prochain, y compris les allées ! Il faut que les cartons se chevauchent pour qu’aucun rayon de soleil ne puisse atteindre le sol.
  • Le carton et les adventices dessous vont se dégrader dans les mois à venir, nourrissant en continu le sol et sa microfaune (les vers de terre adore !), et le protégeant contre le froid d’hiver.
  • Si voir du carton sur une partie de votre terrain pendant plusieurs mois ne vous enchante pas, pas de panique, vous pouvez le recouvrir de « couches de lasagne », un plus esthétique. On voit cette astuce dans une minute, de quoi rendre le tout plus joli et encore plus nourricier pour le sol.

Au printemps, deux possibilités : soit le carton sera encore apparent, il suffira alors d’y faire des trous et d’y placer vos plants ou semis, sans craindre de concurrence avec les adventices « bâchées » par le carton.
Soit le carton aura été totalement dégradé, ce qui est parfait. Il vous faudra quand même bien pailler le sol pour continuer à le protéger et y planter vos légumes précoces.

Astuce n°2 : n’y allez pas de main morte, c’est maintenant que cela se passe

Le sol, c’est un peu comme un immense garde-manger pour 1001 habitants, du micro au macroscopique.

Un frigo où toute le monde se sert, toute l’année, non-stop :

Et nous les jardiniers, on s’y sert principalement l’été.
On puise d’un coup, énormément de ses nutriments.

Or, en automne, notamment, le sol a besoin de se refaire une santé

Pour être à nouveau « riche » et prêt à être cultivé.
Car dans la nature, tout fonctionne par cycle.

On doit obligatoirement rendre à la Terre ce qu’on lui a prélevé.

Et c’est logique : ne pas avoir d’impact négatif pour le sol nous permet d’assurer notre survie l’an prochain en lui assurant sa survie à lui.

Sorte de respect gagnant-gagnant.

Concrètement :

  • On « respecte » la santé du sol en continu toute l’année (par exemple, en le paillant et en ne prélevant pas tout).
  • Et par pic saisonnier : en automne / hiver, il faut littéralement faire une cure de jouvence au sol dont les batteries sont bien amoindries.

Alors comment faire ?

Le plus important, c’est de comprendre la démarche ; ainsi vous serez autonome et vous saurez ce que vous pouvez mettre ou pas, la quantité, etc.

Le sol a les mêmes goûts que nous si j’ose dire : il n’aime pas les monodiètes.
Il a besoin d’un apport équilibré.

Son menu préféré :

Pour tout apport de nourriture, veillez à respecter l’équilibre 50-50.

50% de matière organique fraiche (reconnaissable par sa couleur verte, et son toucher humide).

50% de matière sèche (donc de la matière fraiche qui a séché, couleur jaune, marron, comme par exemple du bois, du foin, des feuilles mortes, de la tonte séchée etc…).

Les règles de son diététicien :

Une fois encore, le sol nous ressemble : il digère mieux les petites choses que les grosses choses.
Donc l’idéal c’est de lui fragmenter sa nourriture (par exemple une branche réduite en petits morceaux plutôt qu’une branche entière)

Donc plus vous lui donnez de la matière organique / sèche «pré-mâchée/pré-découpée », plus vite vous aurez des effets bénéfiques de sol fertile.

Ok, ensuite, les proportions :

Qu’il s’agisse de créer un compost ou les fameuses « buttes de lasagne en permaculture », la logique est toujours la même : ce que vous êtes en train de créer, c’est un immense festin à bactéries. Vous créez le gîte et le couvert, et le nombre d’hôtes est exponentiel.

Plus votre buffet est réussi, plus vite il disparaît…

Ce buffet a vocation à être réduit en quelques centimètres de terreau en quelques mois.
Voire en quelques semaines si vous utilisez des techniques plus rapides, mais qui demandent plus d’actions (compost à chaud, activateurs de compost etc…).

En automne, ayez la main lourde :

Si vous faites une butte de lasagne de 1 mètre de hauteur ces jours-ci, vous vous retrouverez avec environ 1/3 de sa taille au printemps prochain : les pluies, et surtout l’appétit goulu des bactéries au sein de vos lasagnes vont décomposer le reste à vue d’œil en quelques mois.

A quel moment créer des lasagnes ?

Vous pouvez en faire absolument toute l’année !

L’objectif d’une butte en lasagne, c’est notamment d’obtenir un sol fertile express.

Voici le tutoriel pour créer vos buttes en lasagne :

En automne / hiver, vous avez la possibilité selon votre région et son climat :

  • Soit de planter directement sur la lasagne vos cultures automnales !
  • Soit de laisser cette lasagne nourrir le sol et diminuer de taille durant l’automne. Vous planterez alors dans du sol meuble comme du beurre vos plantations printanières dans quelques mois.

Important

J’ai besoin de pouvoir suivre vos avancées, vos jardins et vos tests !

Si vous utilisez le réseau social Instagram, pouvez-vous adopter le réflexe de poster vos tests / récoltes/ lasagnes en construction avec la mention #saineabondance #tutosaineabondance ?

Cela permet à chacun de s’inspirer des autres.

Voici déjà quelques personnes qui l’utilisent :

D’ailleurs, si vous faites déjà partie du Club privé de Saine Abondance et de son Forum, et que vous ne pouvez pas poster sur Instagram, vous pouvez également continuer de poster sur le Forum vos avancées. Merci pour vos échanges sur ce Forum c’est génial !

Rappel

Soyez TOUJOURS fier de vous.
La notion de « réussi » ou de « beau » est très relative.
(Selon moi, elle n’existe pas. La beauté émerge des yeux de celui qui regarde ce qui « beau »).

Un bon paillage vaut mieux que ZERO.

N’ayez jamais honte de vos tests jardinage. Ne pensez jamais que votre photo ne mérite pas d’être postée.

C’est faux.
Brisons la peur de l’échec.
Surtout en jardinage.

J’espère voir pleins de photos de cartons tapisser le sol, et plein de buttes de lasagne en cours de création 😊.

On fera l’avant/après dans quelques mois, comme le lecteur Michel qui nous fait part de ces photos :

Comme d’habitude, n’hésitez pas à partager vos retours dans les commentaires ci-dessous.

Il est temps de prendre soin de vous,
Florence

Saine Abondance

 

Crédits photo des illustrations faites sur mesure pour vous : Florence Schmitt.

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

3 Commentaires

  • Reply
    Catherine DECOOL
    9 octobre 2019 at 11 h 21 min

    Bonjour
    Cette année, j’ai des poules et j’ai prévu de les mettre “au travail” sur mon potager quand je n’aurai plus de légumes aux gelées.
    Du coup, si je couvre mon sol de carton, etc., cela ne va pas aller? Que faire? Merci de vos conseils!

    • Reply
      Florence
      21 octobre 2019 at 18 h 24 min

      Bonjour Catherine,

      Je vous conseille de laisser d’abord vos poules fertiliser votre sol avec leurs déjections, puis placer des cartons. Cependant vous pouvez parfaitement renoncer aux cartons et utiliser un paillis végétal. Ainsi le fumier de vos poules et les végétaux vont se dégrader cet hiver et nourrir votre sol.

      Bien à vous,
      Florence

  • Reply
    Guy Mc Intyre
    9 octobre 2019 at 13 h 22 min

    Chere amie
    Je suis a l’ile Maurice ou il n’y a que 2 saisons:l’ete avec des temperatures variant entre 25 et 32 0C le jour et 22 et 24 le soir. En hiver le jour c’est entre 22 et 24 le jour et 15 et 222 la nuit.
    Nous avons pas mal de pluie et je recueille l’eau de pluie dans 4 endroits de ma maisonDans tous j’eleve de petits poissons rouges qui empechent les moustiques de se propager.Je me sert de cette eau juaqu’a la moiotie des bacs(200L chacun.
    Le sol est assez dur et rocailleux et si on ne laboure pas un peu rien ne pousse.J’utilise de la litiere de poules comme engrais. Dans un recipient de 20 L je mets environ 1/3 de litiere et le reste de l’eau que je laisse travailler pendant 15 jours. Puis je mets 1 L pour 5 L d’eau que j’utilise 2 fois par semaines pour completer ma fertilisation.le seul probleme que j’ai ce sont les mouches de fruits qui detruisent toutes les cucurbitacees.Il y a des appats mais ils marchent a demi car il y a 4 ou 5 varietes de ces bestioles.Quand on arrive a couvrir les plants avec des toiles de moustiquaires j’arrive a avoir des fruits.Connaissez-vous une autre methode efficace contre ces bestioles?

  • Laisser une réponse